Nous nous réveillons à Selfoss ce matin ! Non, nous ne nous sommes pas téléportées cette nuit : le camping d'Hveragerdhi était bel et bien ouvert mais faisait payer le prix fort alors que la "cuisine" (une véranda ouverte sans lumière, et crasseuse) n'était pas en service (et bien sûr, pas de salle commune), un seul toilette et une seule douche où flottait une odeur d'égout : nous en avons un peu marre d'être des pigeons. Pour le même prix, Selfoss propose tout ce que l'on peut attendre d'un camping, et même plus ! Douches chaudes et gratuites, wifi, salle commune chauffée avec des canapés (!), cuisine avec micro-ondes, plusieurs éviers, plusieurs feux de cuisson , cadre sympathique, le tout tenu avec propreté (il faut même enlever ses chaussures avant d'entrer dans un lieu commun !). Nous sommes donc ravies d'avoir pris la peine de nous déplacer hier soir !

Nous comptons visiter le centre géothermique d'Hveragerdhi, fermé hier, et c'est un soleil éclatant qui nous y accompagne : octobre est censé être le mois le plus pluvieux en Islande, ce n'est pas vraiment ce que nous observons (et cela nous va très bien !). Le parc géothermique (en plein centre de la ville) est très vite fait : beaucoup de bassins sont vides à cette époque, ce qui nous déçoit un peu. Prochain arrêt : le tunnel de lave ! Cette étape s'avère être encore plus courte : impossible d'y entrer sans guide, ce qui est bien sûr très onéreux. Nous ne nous laissons pas abattre : par ce beau temps, quoi de mieux qu'une petite marche sur les falaises ? Nous poursuivons donc jusqu'à celles de Krýsuvíkurberg. Elles ne sont pas faciles d'accès, que cela soit en roulant ou en marchant. Pour autant la récompense est de taille : la vue d'en haut est magnifique, nous entendons le fracas des vagues, il n'y a pas un souffle de vent (pour un peu, on aurait même trop chaud !) et nous sommes seules au monde. Aucune maison, voiture ou âme qui vive en vue, si ce ne sont quelques oiseaux survolant paresseusement les lieux. Perfection. Et je crois même qu'il pourrait s'agir d'un coin à fossiles ! 

Après être repassées par le van pour enlever nos sous-pantalons (!!), nous installons notre table de fortune au bord du ruisseau pour le casse-croûte. Ensuite, direction Reykjanesfólkvangur, réserve naturelle dans laquelle nous nous trouvons en fait déjà techniquement parlant. Nous comptons y observer le lac de Kleifarvatn (lui aussi pourvu de son monstre en forme de ver), la zone géothermique Krýsuvík/Seltún et le cratère/lac de Graenavatn.

Cela fait (je vous passe les détails, les cratères, les lacs, la géothermie, vous connaissez maintenant !), nous entamons notre traditionnelle quête au camping, sans trop nous presser car nous sommes plutôt confiantes. La preuve : nous ne résistons pas à la tentation d'aller fureter du côté du Blue Lagon, histoire de nous faire une idée plus précise sur la question. Verdict : une entreprise bien trop touristique à notre goût, et surtout un loisir bien trop coûteux. Aucun regret donc, le Secret Lagon de Flúdhir garde nos faveurs !

Nous arrivons à Grindavík alors que le jour est encore là : il s'agit d'une grande ville, le camping est donc à la hauteur de nos espérances. La cuisine est très largement pourvue de nourriture laissée par d'autres voyageurs : nous dénichons des spaghettis et de la sauce tomate, ce soir c'est la fête, et pas question de bouger d'ici cette fois ! Nous voilà donc posées assez tôt, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps. Et je sens que cela ne sera pas pour nous déplaire !